Site national du syndicat des infirmier(e)s scolaires

87 bis avenue Georges Gosnat, 94200 Ivry sur Seine
 
Vers la fin du paritarisme ?
Dans un nouveau document proposé aux syndicats le 25 mai, le ministre de l'action et des comptes publics envisage la suppression des instances paritaires des fonctionnaires, notamment ceux de l'Etat. Ce sont ces instances qui sont légalement consultées sur l'avancement et les mutations par exemple (CAP).
En campagne déjà, Emmanuel Macron avait répété  que la place des partenaires sociaux était dans l’entreprise, plus près du terrain et loin de la politique qui se joue au niveau national...
Supprimer les CAP pour laisser cette question à la gestion de l'administration c'est enlever le regard des organisations syndicales et les droits des personnels à être traités de façon transparente et équitable !
Les manifestations du 22 mai ont rassemblé l'intégralité des fédérations syndicales de fonctionnaires, mais les agents ont été nettement peu nombreux dans la rue malgré des enjeux importants: revalorisation du point d’indice gelé par le gouvernement, protestation contre le report du plan de revalorisation des carrières, contre le rétablissement du jour de carence, contester la suppression envisagée de 120 000 postes au cours du quinquennat et les orientations choisies pour la « réforme de l’État » comme l’extension du recours aux contractuels, « attaque » du statut de fonctionnaire.
                                     
Le SNIES dans les médias pour notre profession

Nous participons régulièrement à faire connaître l'engagement professionnel de chacun et chacun d'entre nous. Pour le SNIES, développer notre place au sein de l'Éducation nationale passe également par la valorisation des actions que nous menons au quotidien.

Revoir le reportage du 18/03/2018, JT 20 heures, France 2 :

 

Cliquez sur l'image ou copiez-collez ce lien dans votre navigateur : http://bit.ly/2pklHNY

Alors qu’un vaste plan va être prochainement annoncé par le gouvernement sur la prévention de l'accès à la pornographie dans les établissements scolaires, Isabelle Sabourault et son équipe de la rédaction nationale du 20heures de France2 sont venus dans un Collège de l'académie de Grenoble observer les actions de prévention  menées sur le terrain, en grande partie par les infirmier.e.s.
Notre objectif : valoriser la profession d'infirmier.e à l'Éducation nationale
Dernièrement, nous avions pu participer à deux articles publiés dans Le Monde et dans M, le magazine du Monde, disponibles en téléchargement dans l' "espace syndiqués" de notre site internet.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE, Ivry-sur-Seine, le 16 mars 2018
Pour des élèves en meilleure santé
ou des médecins en meilleure santé ?

 
 Pour renforcer la santé des élèves à l’école, le CESE préconise de renforcer l’implication des parties prenantes dans les actions de prévention, dans son rapport rendu le 14/03/2018.
Une formation pour une culture commune de tous les personnels est une revendication du SNIES.
Lire la suite
Service sanitaire obligatoire
pour les étudiants en santé :
Infirmier.e.s scolaires à inclure dès la conception de ce projet
 
La ministre de la santé, Agnès Buzyn, et son homologue de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, ont annoncé lundi 26 février que dès la rentrée 2018, les étudiants en formation de santé devront effectuer un «service sanitaire» obligatoire.
Lire la suite ......
Service sanitaire : les infirmières scolaires rappellent le rôle
qu'elles souhaitent jouer. Lire la suite sur
 

 
Pour lire le rapport " Mise en oeuvre du service sanitaire
pour les étudiants en santé" de janvier 2018 du Dr Vaillant
 

Interview de Patricia Adam secrétaire générale adjointe du Snies
sur RFI 

 
   Résultat de recherche d'images pour "alarme"  Ministère de la Santé ou     
     Ministère de l'Éducation nationale ?

Depuis les premières mesures de décentralisation des personnels ouvriers et de services vers les conseils régionaux ou départementaux, la publication de rapports et les annonces ministérielles suscitent de temps à autre des inquiétudes.
Par exemple, celui de Xavier Breton et Martine Pinville en 2011, préconisait un retour de la santé scolaire (médecins, infirmières, médecins et infirmières) au Ministère de la santé.
Le Ministère de la santé a transféré ses personnels infirmiers à celui de l’Education nationale en 1991 par inutilité de deux corps différents (1 à l’Education nationale et 1 à la santé).
Tous les récents rapports n’ont pas donné lieu à une quelconque décision. Le Ministère de l’Education Nationale l’a encore affirmé à notre syndicat en fin d’année 2017.
 
La stratégie nationale de santé 2018-2022
donne la priorité à la prévention
Pour le SNIES, quel que soit le niveau sur lequel nous intervenons, la prévention est un volet de nos missions. Notre lieu d’exercice est l’Education nationale et doit le rester. Cependant, en tant que professionnel de santé, nous ne pouvons pas rester indifférents de la politique de santé nationale à adapter et à diriger par l’Education Nationale pour des objectifs de réussite à l’Ecole. C’est le sens de notre recrutement.
 
Le SNIES, syndicat réformiste, privilégie le dialogue social
avant toute action d’ampleur.
Ce fut le cas de l’arrêté du 3 novembre 2015. La parution rapide de la version corrigée, avec les actions menées par le SNIES montre la portée de notre ligne syndicale. Les missions sont confortées et non revues.
 
Nous ne manquerons pas de vous alerter
si une menace survenait.

 
Nous vous remercions de votre confiance dans notre syndicalisme pour vous et avec vous.

Rapport de l'académie de médecine
 
L’académie nationale de médecine a préconisé dans un rapport du 31 octobre 2017, un système de santé à l’Ecole rattaché au Ministère de la Santé. Pour l’académie de médecine, celui-ci devrait permettre un retour à la santé scolaire (duo médecin-infirmière) avec pourquoi pas, une hiérarchie médicale !
Nous le refusons catégoriquement
 
Spécifier dans un texte précis le contenu des missions de chacun pour la visite médicale de la 6éme année, c’est toujours non. L’arrêté du 3 novembre est suffisamment explicite, ou peut-être trop pour les médecins qui doivent ainsi peser et mesurer les élèves eux-mêmes.
 
S’appuyer sur les syndicats infirmiers qui auraient informé « les autorités sur les difficultés rencontrées dans la réalisation des projets concernant la santé scolaire », il fallait oser.
Le SNIES, syndicat représentatif avec le SNICS, n’a pas tenu ce genre de discours.
Le SNIES a alerté sur le respect de l’arrêté de la 6éme année
qui ne convient pas aux médecins

S’appuyer sur l’audition d’infirmier (ères) pour un éclairage sur leurs réalités professionnelles, il aurait fallu oser.
 
Le SNIES, quant à lui, a osé transmettre son mécontentement, aux membres de l’Académie de médecine.
POURQUOI SE
SYNDIQUER
AU SNIES?
adherer

barre de separation
calendrier scol
barre de separation

Calendrier de virement 
du traitement à l’EN

CALENDRIER
            

             SNIES UNSA Education