Infirmiers-ères de l'Education Nationale   et du Supérieur

               BIENVENUE SUR LE SITE NATIONAL DU  SNIES UNSA EDUCATION

FLASH missions

 

Chers et chères collègues,

 

Respect des missions infirmières dans toutes les académies

 

Des académies déclinent leur politique de santé sans respect des textes. Déterminé à défendre la profession, le SNIES, à sa demande, a été reçu au Ministère de l’Education Nationale.

 

Mme Naves, conseillère en charge de la santé, du sport, du handicap et de l'éducation populaire au Cabinet de la Ministre a clairement exprimé « l’arrêté du 03/11/16, relatif à la périodicité et au contenu des visites médicales et de dépistages obligatoires, doit s’appliquer. La lettre de Bernard Lejeune, Directeur de cabinet du 15/02/16 le précise sans ambiguïté : « Les infirmiers scolaires ont vocation à être les personnels de santé scolaire de proximité en raison de leur positionnement au sein des établissements scolaires. En effet, ils interviennent tout au long de la scolarité des élèves, du cours préparatoires à la fin de la scolarité du second degré, et sont de ce fait les acteurs privilégiés de la prévention au quotidien. ».

 

Dans le cadre de l’évaluation de la politique publique, un rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) et de l’IGAEN (Inspection Générale de l’Administration de l’Education Nationale et de la recherche) devrait être rendu public à l’automne. Le SNIES a été auditionné. Il pourrait, entre autres, proposer une amélioration du pilotage national et académique en interministériel (Santé -ARS- et Education Nationale…). Cependant, la supervision des personnels resterait de la compétence du Ministère de l’Education Nationale qui n’acceptera pas de décentralisation.

 

Le SNIES restera et saura se mobiliser davantage si l’actualité le nécessite.

                            dernières infos 

Communiqué de presse

 

Paris, le 20 juin 2016

Des moyens supplémentaires pour une politique ambitieuse d’éducation à la sexualité 


 

Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes souligne dans un rapport que, seule une petite minorité de jeunes bénéficient tout au long de leur scolarité des 3 séances annuelles obligatoires d'éducation à la sexualité au sein des établissements scolaires, comme le prévoit la loi.

 

Pour le SNIES, il est indispensable que dans l'éducation du futur citoyen, les compétences psychosociales, maîtrise du corps, de la santé soient prises en compte. Une éducation à la sexualité, avec la découverte du corps, de l'autre, du respect des personnes, des désirs, est indispensable pour éviter les déviances, les comportements sexuellement violents. En développant cette mission d'orientation, c'est participer à l'éducation et à l'autonomie des jeunes dans leur vie affective et sexuelle.

Ces séances nécessitent un savoir être permettant une distanciation et une neutralité de l’intervenant vis à vis de ses propres références, un savoir faire dans la gestion d’un groupe, des interactions entre les personnes, des événements pouvant survenir lors des séances, un relais par un personnel de santé de proximité bien identifié, des personnes intervenants en binôme ayant des références communes, la pose d’un cadre de l’intervention où la confidentialité et le respect de chacun sont indispensables, une évaluation régulière de la portée de l’action sur la population éduquée, une éducation précoce progressive, adaptée aux publics, dans la continuité mais sans redondance.

 

Des formations, nécessitant des réactualisations régulières, sont incontournables pour les personnels intervenants sur ce champ.

 

Pour le SNIES UNSA Éducation, syndicat des infirmier(e)s d’exerçant de l’école maternelle à l’université, l’organisation des séances d’éducation à la vie sexuelle et affective nécessite des créations de postes infirmiers à l’Education nationale et dans l’Enseignement supérieur, une planification des heures d’éducation à la sexualité dans l’emploi du temps des élèves, la prévision d’un budget pour l’organisation de ces séances (intervenants, outils pédagogiques...).

 

Des moyens supplémentaires sont indispensables pour une politique d’éducation à la sexualité ambitieuse et efficace.

 

Le congrès du SNIES UNSA Education s’est déroulé les 1er et 2 juin 2016, à Bagnolet
 

La résolution générale, notre boussole

La résolution générale du SNIES UNSA Education, adoptée à 87,5 % des votes exprimés, se veut dans la continuité de la précédente, reprenant nos valeurs, notre vision d’une société éducative, nos exigences pour la Fonction Publique, pour guider nos décisions à venir dans les 4 prochaines années, agir et réagir. Sous le thème "Bien vivre l’Ecole", elle se découpe en deux parties : "santé des élèves et des étudiants" et "qualité de vie au travail des personnels".
 

Elections du bureau national

Le congrès a élu un nouveau bureau pour 4 ans, composé de 11 titulaires et de 5 suppléants.

Brigitte ACCART, académie de Versailles, a renouvelé son mandat de Secrétaire Générale.

Patricia ADAM, académie de Lille, est nommée Secrétaire Générale Adjointe

Caroline JEAN, académie de Clermont-Ferrand, est élue Trésorière Nationale.

 

Les motions du congrès

3 motions ont été adoptées lors du congrès :

- la 1ère concerne la mission d’éducation et de prévention pour un bien être à l’école

- la 2ème revendique des moyens pour la médecine de prévention et le reclassement professionnel

- la dernière exige l’attribution du Pass Education pour tous dans le respect d’une égalité de reconnaissance de tous les professionnels.

 

                  Loi El Khomri : Faut qu’ça bouge encore !
                                         loi el g
 

"Si je ne fais pas les GS, qu’est-ce que je vais faire à la place et comment vais-je justifier mon temps en primaire ? ».

 flyers parcour santé
consultation infirmiere

Grille indiciaire voté au CSFPE en février 2016 dans le cadre du PPCR

Pour en savoir plus sur le PPCR     souris cliquer


 

 

Projet de grille cat A infirmiers FPE et FPT

Projet de grille cat B infirmiers  Paramédical

Respect de l’arrêté des visites médicales et de dépistages obligatoires

La DGESCO au Ministère de l’Education Nationale réfute la périodicité et le contenu des dépistages infirmiers obligatoires.

 

Les infirmières-infirmiers, professionnels de santé

N’ont pas à suppléer aux missions dévolues au médecin par un arrêté et une circulaire.

Ont un rôle spécifique dans le repérage des élèves en difficulté, dans le suivi et dans l’éducation à la santé individuelle et collective.

Apportent un regard d’observation du développement de l’enfant et permettent aux enseignants de prendre du recul face à une situation compliquée afin de travailler avec l’élève en le soutenant pour favoriser sa réussite scolaire.

S’inscrivent par leurs actions éducatives dans le socle commun de connaissances et de compétences.

Participent à fédérer les politiques de santé entre l’école et le collège.

 

C’est pour cela que le SNIES

Est attaché aux postes inter-degrés.

Demande une consultation infirmière pour tous les élèves des écoles primaires entre la visite médicale de la 6ème année et le dépistage de la 12ème année définis par un arrêté du 3 novembre 2015.

Refuse la lettre de la DGESCO envoyée aux recteurs et aux DASEN qui propose « lorsqu’ils sont adaptés aux enjeux, ressources et besoins territoriaux, des modes d’organisation complémentaires à ceux fixés par l’arrêté peuvent être poursuivis ou déployés, dès lors qu’ils assurent l’efficacité des visites ».

La loi de modernisation de la santé instaure des pratiques avancées pouvant alors répondre aux nouveaux besoins de santé, supposant formation, revalorisation ce que le Ministère n’assume pas, préférant les chiffres aux résultats.

En demandant aux infirmiers et infirmières de suppléer aux missions des médecins, le Ministère privilégie les chiffres pour répondre aux critères de la LOLF (réalisation de la visite médicale de la 6ème année à 100%) aux résultats et à l’efficacité. 

 

Dès juillet 2014, le SNIES en intersyndicale (SNICS puis FO) s’opposait à recréer un binôme infirmier/médecin selon un type de fonctionnement « santé scolaire » abrogé depuis le milieu des années 80.

Le SNIES, en intersyndicale avec le SNICS, rejette cette nouvelle tentative de subordination. Une audience commune et urgente a été demandée au Ministère de l’Education Nationale pour défendre notre profession. 

 

 




                               Consulter la lettre intersyndicale
souris cliquer



 
Consulter la lettre DGESCO                        
   souris cliquer    
POURQUOI SE
SYNDIQUER
AU SNIES?
adherer

barre de separation
Consultez les dates  
calendrier scol
barre de separation

Calendrier de virement 
du traitement à l’EN

CALENDRIER
SNIES UNSA Education